La Table des matières, Sylvie Fayet-Scribe

Publié le par DocDocDoc

                                                   
Quatrième de couverture :
Qui a torturé puis assassiné Margaret Penfield, une respectable bibliothécaire américaine ? Et pour quel mobile ? Parce qu’elle avait identifié la plante qui promet l’immortalité décrite par Hildegarde de Bingen au XIIe siècle ?
Pour Laurette Lerbier, révéler au grand public le nom de cette plante fabuleuse serait le point d’orgue de l’exposition sur les jardins qu’elle prépare au Muséum d’histoire naturelle. Elle décide de jouer les Miss Marple et se lance à la recherche de l’énigmatique source de jouvence. L'enquête la mène dans le monde méconnu des précurseurs d'Internet.
Des savants de la Renaissance aux encyclopédistes mondialistes du XIXe siècle, en passant par les jansénistes de Port-Royal et les bibliographes révolutionnaires du siècle des Lumières, le but de sa quête ne cesse de se dérober alors que les menaces se font plus précises.

Un roman historique qui emprunte les chemins de l’intrigue policière, dans le clair-obscur des bibliothèques et la lumière des jardins
.

L'auteure :
Sylvie Fayet-Scribe est maître de conférences en histoire et sciences de l'information à la Sorbonne. La Table des matières est son premier roman.

Mon avis :
On nous avait conseillé de lire cet ouvrage l'année dernière pendant la préparation au CAPES et je n'en ai jamais eu l'occasion !! Voilà, c'est chose faite ...
Pour tout vous dire, il s'agit davantage d'un documentaire historique sur les grands noms de la documentation qu'un véritable roman ! La trame policière est un prétexte pour mettre en avant les biographies de personnages tels que Pierre de la Ramée, Henri Lafontaine, Paul Otlet ou encore Suzanne Briet. C'est pourquoi j'ai classé mon billet dans la rubrique "littérature professionnelle".
Toute l'histoire tourne autour de la quête de deux pages arrachées d’un livre, celui d’Hildegarde de Bingen, moniale du XIIe siècle, mère abbesse, médecin, ancêtre du féminisme et connue surtout – aujourd’hui comme hier – pour ses visions mystiques et plus particulièrement pour son encyclopédie des sciences naturelles Physica.
Ce roman apparaît essentiellement comme une suite de nouvelles réunies par un lien thématique. Quelques-uns des possesseurs successifs du livre d'Hildegarde ont ainsi droit ici à l’existence et chacun apporte quelque chose de nouveau au vrai sujet du livre : la quête encyclopédique, de l’invention de l’ordre alphabétique et de la table des matières jusqu’à la toile d’internet.
J'ai bien aimé lire La table des matières dans le sens où ce livre m'a éclairé sur la biographie de grands personnages qui ont marqué l'histoire de la bibliothéconomie et de la documentation. L'histoire en elle-même n'est pas très palpitante mais elle permet de rentrer plus facilement dans l'univers de l'information-documentation  qui est la trame principale du livre.
La Table des matières n'est pas sans rappeller Le nom de la rose d'Umberto Eco.

Les personnages :
L’histoire de Pierre de la Ramée (dit Ramus), grand savant du XVIe siècle, nous permet d’explorer non seulement la destinée étonnante de cet homme né dans un milieu très modeste (et mort lors de la Saint-Barthélemy) avec la révolution qu’il a accompagnée dans la critique d’Aristote et la remise en cause des arts de la mémoire, mais aussi la vie de son temps.

Henri Lafontaine et Paul Otlet, les créateurs de l’Institut international de bibliographie de Bruxelles, Suzanne Briet, qui a été à l’origine de la création de la salle des catalogues de la Bibliothèque nationale de France dans l’entre-deux-guerres, montrent le long cheminement de l’élaboration des conditions d’un savoir universel. Léonie Lafontaine est présentée comme celle qui inaugure la documentation féministe et Mercedes le Fer de la Motte est montrée à travers son projet d’action sociale en faveur des femmes et le procès dont elle a été la victime. Le féminisme tient une place importante dans ce roman à travers la fameuse organisation américaine, la VCL (Virginia Creeper League), organisation secrète dont l’origine remonterait à la nuit des temps avec les vierges consacrées, et qui aurait été à la source de tous les progrès sociaux de l’humanité (ou presque).

Sylvie Fayet-Scribe. La Table des matières, Paris : éditions du Panama, 2007. ISBN 978-2-7557-0175-3

Pour aller plus loin
:
- Lire l'article d'Archimag sur Sylvie Fayet-Scribe à l'occasion de la sortie de son roman
- Lire la critique de Yves Desrichard paru dans le BBF n°4 (2009)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article